Jeune femme en uniforme dans le tram

Une jeune-femme décalque un relou

Tous les regards sur elle. Grands yeux noisette magnifiques avec léger maquillage étoilé, cheveux tirés, longues jambes, et un uniforme bleu foncé. Tailleur. Jupe. Hauts talons. Foulard… Mais c’est son contraire qui l’a abordée…Gros relou

Un type à barbe non entretenue. Des poils partout. Sur les doigts de la main, des lettres tatouées : « QP2 », ça faisait, en lisant de l’index vers l’annulaire. Une veste kaki pas nette. Un des verres des lunettes était tout gras.

– T’aurais pas une petite pièce, la belle ?

–  Ah, Non. Désolée.

– Un ticket resto ?

– Non plus.

– Une petite cigarette ?

Elle ne répond plus et se tourne vers la fenêtre

– La fièrotte ! Je suis pas un chien, merde !

Truie

Une vieille femme intervient :

– Laissez-la tranquille. Tenez, voilà une pièce.

-Je t’emmerde, vieille truie !

Je ne suis pas violent comme mec, mais là, j’ai eu envie de lui rentrer dedans. La fille en uniforme s’est retournée :

-Monsieur, votre braguette. Elle est ouverte.

Votre braguette, elle est ouverte
Votre braguette, elle est ouverte

Dilemme

La réplique qui tue ! Le gros relou a été tout surpris. Comme un petit garçon. Il a regardé sa braguette. Il a vu que tout le tram (zone debout près du soufflet) le regardait aussi. Des petits sourires pointaient leur nez. Il ne savait plus quoi faire. Pour le coup, j’aurais eu presque pitié de lui !

Le relou était ridicule dans tous les cas. Soit sa braguette, il la remonte, et il donne raison à la jeune-femme et pour lui c’est la honte, soit il ne la remonte pas, et c’est la honte d’avoir la braguette ouverte devant tout le monde.

Il est descendu la queue entre les jambes (à Galin) ! LOL !!!

 

One thought on “Une jeune-femme décalque un relou

Laisser un commentaire