Ouaf ! Station COUNORD

Un jeune chien tout noir, presque un chiot. Avec un collier rouge. Il reniflait tout ce qui était à sa portée. Une femme blonde à queue de cheval lui a parlé en le caressant : « Tu es un intrépide, toi ! » Il a remué la queue et a fait plusieurs « ouaf ouaf » en tentant de sauter en l’air, mais la laisse prise dans la porte a tiré sur son collier.

Un peu auparavant, station COUNORD, une vieille dame avait frappé aux fenêtres avec ses poings, l’air affolé « Arrêtez-le ! » Mais le tram ne s’arrête pas sur des détails. La vieille dame avait lâché la laisse qui pendouillait maintenant au dehors.

 « Au prochain arrêt, je vais le ramener à la dame. » j’ai dit. « Oh ! c’est gentil ! » m’a dit la femme à queue de cheval. « Bah, c’est normal. » j’ai fait, et je me suis dit « Vincent, tu as un ticket… »

« Vous aimez les animaux ? » je lui ai demandé. « Plus que tout. Je suis végétarienne. » « Ah ? Moi pareil !» j’ai dit. Mais je mentais. J’adore manger des steaks. « Ah, ah ! Lui aussi vous adore ! Faites attention ! » a dit la femme. Elle se retenait de rire. J’ai fait un bon. Corniaud de clébard ! La patte levée, il projette des petits jets d’urine contre ma jambe. « Quel con, ce chien ! » Il s’est assis. Il m’a calmement regardé, comme s’il lisait en moi.

One thought on “Ouaf ! Station COUNORD

  1. Cher Vincent, ramener le corniaud de la station Counord à sa maîtresse allait à contresens… Pas de regret !
    Pour éviter ce type de désagrément, cherche plutôt une Perdita !

Laisser un commentaire